Imane/Waintraub : l’inconscience occidentale concernant sa part de responsabilité dans les crimes du 11 Septembre 2001

« 11 Septembre ». Impossible de faire plus laconique – et plus facile à défendre, puisque, par essence, en faisant référence seulement à une date, l’auteure offre ce « message » à l’interprétation. Mais en liant un « tweet » à un autre, celui d’une jeune femme, française, musulmane, « voilée », parlant de cuisine, le 11 septembre 2020, l’auteure de ce Tweet, Judith Waintraub, a considéré qu’il était possible et nécessaire de faire le lien entre ce qui s’est passé il y a 19 ans et une jeune femme qui fait de la cuisine, au motif qu’elle est musulmane et voilée – et ce parce que les responsables et coupables du 11 Septembre disaient être musulmans et agir pour l’Islam. Sauf que ces « musulmans »-là (l’étaient-ils ?) étaient des tueurs et qu’Imane est une jeune femme française, tranquille, qui propose des conseils de cuisine ! Il n’y a donc aucun rapport. Judith Waintraub, elle, l’impose : il y aurait un rapport, avec l’être-musulman. Ce procès est constant depuis le 11 septembre. Il est délirant. Et il émane souvent de la part de « croisés », autrement dit de personnes très engagées dans une autre « religion », lesquels s’estiment être en concurrence de prosélytisme avec les Musulmans. Si le Manichéisme a une responsabilité dans ces événements, ceux-ci n’auraient jamais existé sans les choix géopolitiques des Etats-Unis, sans les décisions et les actions de l’Etat fédéral américain, entre les années 80 et les années 2000. Ben Laden en est un symbole : quand il a été un des combattants « islamistes » contre les Soviétiques en Afghanistan, la presse américaine lui rendait hommage et il servait les intérêts américains, activement. Mais en raison de circonstances exceptionnelles de l’Histoire, il s’est retourné contre les Etats-Unis, pour un motif d’inspiration religieuse (la présence de non-musulmans américains sur le territoire prophétique, en Arabie Saoudite), mais en fait surtout parce que les Etats-Unis étaient LE soutien de l’Arabie Saoudite contre laquelle Ben Laden a décidé d’organiser des combattants, dans l’espoir de devenir le maître de La Mecque. Or les Etats-Unis et leurs alliés vont donner à ces guerriers des motifs nouveaux de les affronter. Enfin, les services de sécurité ont et repéré des projets (rapport de la CIA sur le bureau ovale début août 2001), et raté leur mission de surveillance de ces agents « dormants ». Pour résumer : le 11 Septembre 2001 n’est pas le fait des centaines de millions de Musulmans, mais d’une secte guerrière qui a été, à ses origines, aidée par les Occidentaux, et des choix géopolitiques, des décisions et des actions de ceux-ci ont aidé ces guerriers à se motiver, à croître, à s’organiser ET à agir, sans une contre-action à la hauteur de la menace. Les Occidentaux ont leur part de responsabilité/culpabilité dans les événements du 11 septembre 2001, mais, le dire, faire face à, c’est ce que, dans leur immense majorité, ils se refusent à faire – comme nous le voyons en ce moment dans le procès de l’attentat contre Charlie-Hebdo – ce travail, ce « devoir de mémoire ». La « faute », c’est toujours, les autres. Et c’est ce qui permet à une personne à la dérive d’écrire, en deux mots, un propos indécent.

Et si pour répondre à Mme Waintraub, on lui disait, nous aussi : « 11 septembre ».

PS : concernant « les » menaces de mort envers Judith Waintraub, certains indiquent qu’il y en a, apparemment, très peu, qu’elles émanent de comptes douteux (l’extrême droite adore se masquer). Ces menaces sont, évidemment, inacceptables, mais ont-elles été énoncées par des personnes vraiment menaçantes ou par des individus qui, pour soutenir Mme Waintraub, ont décidé d’en faire une « victime » ? Désormais, il y a tant de potentialités et de dangers de manipulations

Laisser un commentaire