A nos amis Français, à qui d’autres « Français » disent qu’ils ne sont pas Français – ne doutez pas, nous sommes à vos côtés

Vous êtes un homme, une femme, vous êtes né(e) en France (ou non), vous avez la nationalité française, parce que vous êtes né(e) en France, parce que vos parents, grands-parents, arrières…, arrière…, l’étaient, et, malgré tout, vous avez eu à subir, au moins une fois dans votre vie, si ce n’est plus, hélas, des « rentre chez toi », « la France aux Français », « la France, ce n’est pas l’Algérie », « on ne peut pas être Français et musulman », etc. Sur un réseau social, vous avez pu être l’objet d’un nombre faramineux de commentaires de ce genre, ou vous avez pu en lire. Et vous avez douté, vous pourriez douter, en vous disant que, comme ces gens l’affirment et veulent l’incarner, la France serait raciste, intrinsèquement, fortement, définitivement. On ne pas vous dire qu’elle ne l’est pas, comme certains qui nous demandent de ne pas généraliser, comme le font les racistes eux-mêmes. Et ces gens-là ont en partie raison, et en partie tort. Tort, parce qu’il y a peu de pays du monde où il y a autant de baves quotidiennes, stériles, inutiles, dangereuses. Raison, parce que, fort heureusement, les racistes sont moins nombreux qu’ils ne donnent l’impression d’être, comme le prouvent systématiquement les quelques manifestations publiques qui les rassemblent et où leur nombre total est ridicule. Mais derrière les plus fanatiques et les plus engagés, il y a la cohorte des racistes « modérés », de toute cette foule qui, si souvent, tient de tels propos, pensent avec des clichés, sans, parfois, en prendre la mesure. Et au-delà des propos et des actes, il y a les logiques, racistes, qui sont elles des logiques de rapports de population, de discours mémoriels, ET de rapports économiques, comme le dit en un mot bien fade, le « néo-colonialisme ». La quantité des dépenses cérébrales, en pure perte, par ce monde des racistes, atteint, en France, des proportions sidérantes et terribles par des gens qui prétendent, être, LA France, penser et agir pour LA France, alors que, bien qu’ils aient son nom à la bouche 30 ou 50 fois par jour, ils n’ont rien fait, ne font rien qui puissent marquer et rester, positivement, dans l’Histoire de France. La mort, il y a quelques jours, d’un des chantres de ce racisme français, Jean Raspail, en est l’exemple « parfait » : son oeuvre célébrée par ces racistes, français, ne deviendra jamais une oeuvre connue dans le monde entier, lue, aimée, citée. Il fait partie de ces auteurs qui, dans le reste du monde, rendent la France, si ce n’est détestable, en tout le cas, méprisable et méprisé et ils contribuent, tous, à la perte de rayonnement de notre pays dans le monde. Comment voulez-vous que des étrangers puissent célébrer Saint-Exupéry, Sartre, Genet, Molière, Rousseau, et, en même temps, Raspail ? ! Maintenant, dans ce camp de ces fous, il y a donc l’injonction « France ! » à tout bout de champ, parce qu’ils prétendent nous imposer qu’ils SONT la France, et que la France leur APPARTIENT. Ils prétendent privatiser la France. Face à cela, beaucoup se détournent, tournent le dos, n’écoutent pas, vont voir ailleurs s’ils y sont. Mais ce n’est pas parce qu’on tourne le dos à la folie que, elle, elle vous tourne le dos et vous oublie, qu’elle disparaît. Beaucoup l’ont compris : il ne suffira pas d’attendre un miracle pour qu’ils se produisent, parce que les miracles en Histoire sont peu fréquents. Et l’Histoire moderne enseigne plutôt que lorsque le pire est sûr, il advient. Celles et ceux qui luttent l’ont à nouveau compris : les luttes déterminent les victoires futures. Et pour lutter, il faut être motivé(s). A force de subir tellement de violences et de stupidités de la part de ce camp des fous, vous pourriez douter. Il faut donc vous rassurer. Nous savons que vous êtes tout à fait Français, et même si vous n’êtes pas de notre nationalité, mais que, vous vivez en France, et que vous travaillez, vous agissez, vous faites, pour le mieux, vous rendez service à la France, aux autres, et c’est déjà essentiel. En plus, et sans que cela soit nécessaire, mais il se trouve sans doute ou peut-être que l’un de vos parents ait aussi explicitement « servi », de gré ou de force, cette République, ce pays, sans que vous en fassiez état à chaque instant, sans que vous convoquiez cette mémoire de – mais sachez que les comptables que vous avez en face, eux, comptent tout pour eux, et tout contre vous. Quand ils ont une chose à faire valoir, ils s’y appuient, l’utilisent, systématiquement. Et ils le claironnent partout. Beaucoup sur les réseaux sociaux leur répondent. Mais nous devons répondre plus fortement, le dire plus haut et fort. Un jour, nous pouvons en être certains, le racisme sera devenu résiduel dans ce pays. On ira étudier de près les derniers racistes comme des animaux enragés, dans un zoo – cette phrase est une provocation, puisqu’ils sont tout le temps en train de comparer celles et ceux qu’ils haïssent (beaucoup sans même vraiment savoir pourquoi), en invoquant des figures animales pour les comparer. En attendant, le virus raciste reste actif et dangereux. Il s’appuie sur les pratiques violemment inégalitaires, lesquels reposent sur des logiques d’exploitation, terribles. L’antiracisme doit donc être sérieusement égalitaire. Nous sommes nombreux à le penser et à travailler. Il faut le savoir, il faut se parler, il faut se soutenir.

Laisser un commentaire