« Hunters » : une série qui, finalement, se révèle étonnante – pourquoi des Médias français ne veulent pas parler de « l’opération Paperclip » ?

Dans une récente note, a été évoqué et discuté le rapport entre les Etats-Unis et le nazisme, note qui a été complétée par d’autres, avec, par exemple, une conférence, en anglais, sur l’Opération Paperclip. Dans une courte intervention sur France Culture, une journaliste, Lucile Commeaux, a éreinté la série. Les arguments/jugements sont réduits :  » «Un gros navet mais cela en est presque attachant, de voir cette attitude et cette posture d’assumer complètement le nanar. Mon problème avec « Hunters » n’est pas du tout théorique ou moral, rien de ce type là, mais c’est surtout l’ennui. On a ici une vraie grosse série B, complètement incohérente, qui part dans tous les sens, avec de multiples codes, références. C’est finalement une série très moche et complètement ratée. »  Deux autres ont ajouté : « «Affligeant mais il vaut mieux en rire. On a pas envie d’attaquer Hunters sur la question de la représentation de la Shoah, parce que pour moi ce serait faire trop d’honneur à cette série. Cette ambition de la série comique façon « Inglorious Bastards » est immédiatement anéantie par ces flash-back et ces reconstitutions, qui sont pour moi pénibles à regarder. Au delà de l’ignorance crasse en termes de cohérence historique, on est sur un niveau de sentimentalité complètement idiot et stupide. » Mathilde Wagman. « Pourquoi pas avoir le droit de la transgression, mais il faut le faire d’un façon élevée sur le plan moral. Évidemment que l’on peut faire des chefs d’œuvres en étant un très jeune scénariste, ici c’est pas le cas, « Hunters » est une aberration industrielle. On a quand même l’impression que ce sont des gens qui ne savent pas faire leur métier qui ont mis à l’antenne cette série. » Olivier Joyard . Pour résumer, ne regardez pas « Hunters » ? Mais pourquoi ? Est-ce que « cela part dans tous les sens » ? Non. La structure narrative existe et elle n’est pas complexe. Est-ce que la série est très moche ? Il y a une recherche esthétique : située au coeur des années 70 dans les années 70, il y a une reconstitution de l’époque, avec ses signes obligatoires (vêtements, voitures, téléphones, etc). Le dernier film de Tarantino sur Hollywood est proche de. Ensuite, il y a des problèmes graves de compréhension : la série n’est pas consacrée à la Shoah, et donc, il ne s’agit pas de faire une représentation de. Les évocations de la Shoah ont pour objet de cibler la réelle brutalité des bourreaux, ce que peu de, films, émissions, rendent compte. On serait donc à un niveau de sentimentalité complètement idiot et stupide. La « sentimentalité », idiote et stupide ? C’est étrange, parce que ce fut précisément l’un des problèmes avec le nazisme ! Et pas un mot de la part de ces trois personnes sur l’Opération Paperclip, cette opération dont nous avons déjà parlé dans la note évoquée, à savoir ce déplacement de milliers de Nazis au sein des Etats-Unis pour qu’ils servent ceux-ci – sauf que cette série permet de penser le renversement de ce service, avec des Nazis qui se servent des Etats-Unis pour… Est-ce que parler d’une telle opération, scandaleuse et criminelle, est un problème pour certains ? Ces trois « journalistes » font, comme si, cela n’existait pas. La saison 1 de « Hunters » compte 10 épisodes. Le dernier épisode propose, lui aussi, un renversement, dont nous ne parlerons pas. Au lieu de se résumer à une chasse, elle-même sadique, de Nazis par des Juifs américains vengeurs, comme dans « Inglorious Bastards », la série fait passer d’une traque, focalisée, sur un premier individu, à la perception d’un réseau qui influence la politique américaine. Qu’une série américaine raconte de tels faits historiques est absolument étonnant, et donc, remarquable.

Les vidéos partagées ci-dessous sont d’origine américaine, sont en anglais, et ont pour objet de contribuer à votre réflexion. En aucun cas, un tel partage ne signifie pas que, eu égard à chacun des propos énoncés, notre blog RS serait systématiquement en accord.

Laisser un commentaire