Pourquoi le Nazisme retrouve t-il « droit de cité » dans une « Europe civilisée », notamment en Allemagne ? Note 2

Il faut commencer par une fin qui fut un début, celui d’une phase nouvelle : celle de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. On nous a conté plusieurs fictions : celui de cette large Union Internationale contre, celui d’un « mal », absolu, terrassé. Le « plus jamais ça » d’avant-guerre pouvait enfin se dire, cette fois-ci, avec certitude, crédibilité. Pour que cela ne soit pas une fiction, il eut fallu que le Nazisme soit entièrement éradiqué de tous les pays européens, et notamment en Allemagne, mais aussi, en France, avec les « pétainistes ». Il n’en fut rien. La question suivante se pose nécessairement : comment une telle entreprise criminelle a t-elle pu continuer à exister, EN DROIT ET EN FAIT, par, des publications, des groupes, des discours ? Un Anders Breivik, qui se déclare nazi, ce qui est tout à fait « logique » puisqu’il a été l’un des pires tueurs de masse de notre époque, en est un exemple.

Laisser un commentaire