A Clermont-Ferrand, dès le premier jour de son installation, les sbires du Bastion Social font une 1ère victime, avec une blessure grave.

Il ne faut jamais être au mauvais endroit, au mauvais moment, surtout quand des monstres s’approchent. C’est, malheureusement, ce qu’Anthony a vécu, à Clermont-Ferrand, alors qu’il était tranquillement attablé dans un bar. Mediacoop rappelle les faits. Et quand les choses sont extraordinaires, on peut compter sur des policiers pour en ajouter une couche. La victime s’est faite « engueuler » par une policière, et les agresseurs n’ont pas été poursuivis, recherchés. En attendant la dissolution de cette organisation dangereuse, il faut s’interroger : qui se trouve derrière ses créateurs et animateurs ? Qui finance cette oeuvre malfaisante ? Et pour leur faire face, celles et ceux qui sont dans les villes concernés devraient se coordonner, s’informer. Et, sans attendre, il faut requérir la dissolution de cette organisation officiellement fasciste.

Laisser un commentaire